3 questions à Christophe Morelière, Grand Prix Adultes 2016

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots…
Je suis Christophe Morelière. J’ai 60 ans et vis depuis 5 ans en Auvergne dans un hameau de moyenne montagne à l’ouest de Clermont-Ferrand. Je suis conseiller en insertion professionnelle et passionné de littérature, en particulier de poésie depuis de très nombreuses années. J’ai publié un certain nombre de textes, soit en recueil, soit en ouvrage « mixte » (textes et dessins).

Comment avez-vous pris connaissance du concours de poésie organisé par la RATP ?
Toujours en veille littéraire, j’ai appris l’existence du Grand Prix Poésie RATP sur Internet et y ai participé un peu par jeu et par défi, sans véritablement y croire. Lorsque j’ai reçu le courriel m’indiquant que mon texte était retenu, j’ai été surpris, bien sûr, mais surtout incrédule ! Puis une fois à Paris, au milieu des participants et des « officiels », j’ai oscillé entre plaisir, stress, fierté et jubilation. La soirée a été l’occasion de rencontrer d’autres auteurs amateurs et des journalistes ; sans oublier le plaisir et l’honneur d’échanger avec Zabou Breitman, qui était présidente du jury, et de partager un goût commun pour une poésie « originale ».

Le concours a-t-il eu des répercussions ? Que faîtes-vous aujourd’hui ?
Côté « répercussions », j’ai eu de très nombreux messages de félicitations et un dossier de presse assez énorme avec des articles de journaux et des interviews radio. Aujourd’hui, j’écris toujours, comme je le fais d’ailleurs depuis 45 ans. Je prépare un futur ouvrage de type « livre-objet » (textes et peintures) que nous réalisons avec un ami peintre de la région de Grenoble. Nous avons déjà publié ensemble deux recueils : Exquis mots en 2004 et Sus scrofa domesticus en 2005.

Cliquez ici pour découvrir son poème