Extrait de l’article de Christine Ferniot paru dans le magazine Lire (février 2017)

Dans la lignée de Baudelaire, la poésie sort de son repaire

Qui sont les descendants de Baudelaire aujourd’hui et, surtout, où sont-ils ? Laissés de côté par les médias, le grand public et les libraires, les poètes ont pris la route pour aller au-devant du lecteur. Enquête sur les nouveaux chemins de la poésie contemporaine.

« Le poème m’est apparu comme la seule forme capable d’exprimer mes sentiments », dit Lucie Sponchiado. « Je ne pouvais pas écrire autrement », affirme Charles Juliet. L’une est une toute jeune lauréate du prix poésie RATP, ayant envoyé son texte à tout hasard, l’autre est Prix Goncourt de poésie pour l’ensemble de son œuvre.
Lucie n’a jamais publié de recueil et n’y songe pas vraiment, Charles Juliet en a édité des dizaines. Cependant, pour l’un comme pour l’autre, cette forme littéraire est instinctive, vitale et nécessaire. Et pourtant, il semble exister une étrange contradiction dans le monde mystérieux de la poésie. Car, si un grand nombre d’hommes et de femmes écrivent aujourd’hui des poèmes, ils sont peu nombreux à lire et à acheter de la poésie contemporaine.

Cliquez ici pour lire l’article au complet