3 questions à Thomas Lefevre, Grand Prix Jeunes 2016

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots…
Je m’appelle Thomas Lefevre, je viens tout juste d’avoir 17 ans ! Je suis en deuxième année de bac pro, filière aménagement et finition dans le bâtiment. J’aime beaucoup la musique et j’ai très souvent des écouteurs sur les oreilles. Mais ma première passion, c’est la boxe anglaise, que j’exerce depuis 2 ans.

Rien à voir avec l’écriture alors ? Comment avez-vous eu connaissance du Grand Prix Poésie RATP ?
L’écriture, c’est une autre histoire ! J’ai « subi » l’influence de mon père, qui lui, écrit, bien que ce ne soit pas son métier. Il est aide-soignant. Il m’a proposé de participer au concours. Au début, je ne voulais pas car je n’y croyais pas. Et puis je me suis laissé convaincre. Le poème est né d’une anecdote. Je voulais mettre un certain pantalon pour le lendemain, mais celui-ci était sale, et je refusais d’en porter un autre ! Alors je suis allé trouver mon père à minuit et lui ai dit que je voulais faire une lessive. Bien sûr, mon père m’a dit « tu as vu l’heure ? ! ». Et c’est là que je lui ai répondu « De toute façon, mes jours sont vos nuits ». Et c’est ainsi que le poème a vu le jour.

Le concours a-t-il eu des répercussions ? Que faîtes-vous aujourd’hui ?
J’ai été très surpris et très content d’être lauréat du Grand Prix. Mon père m’a proposé par la suite d’écrire à deux mains sur mon univers, et d’autres textes. Un recueil de 80 textes a vu le jour. Nous essayons actuellement de le soumettre à différents éditeurs. Je tiens à remercie mon père de m’avoir convaincu…

Cliquez ici pour découvrir son poème