Aurore

Quelques draps pendouillent aux pinces de notre enfance,

Quelques branches inouïes rigolent et se balancent,

Tes longs bras m’enlacent à l’aube de mon hiver,

Et puis sage et penaude je renonce à me taire.

Christine Tardy, 53 ans, Angoulême