Ma grand-mère est une sorcière.

L’été dernier je l’ai guettée :

J’espérais bien la voir voler

Sur un balai blanc, rouge ou vert.

Jamais pourtant je ne la vis

Même en guettant toute la nuit :

Juste la lune et les étoiles,

Tandis qu’au loin glissaient les voiles.

Quand vint la fin du long hiver,

On est retourné chez grand-mère.

Maman pleurait sans faire de bruit,

Mais pas de trace de Mamie.

Dans le placard sous l’escalier,

Il manquait un de ses balais.

Catherine Valenti, 49 ans, Marseille