Au mitan de tes mots

j’ai trouvé la lumière

j’ai ouvert les rideaux

sur un monde éphémère

peut-être, mais si beau

qu’au mitan de tes mots

en fermant mes paupières

j’ai volé un bateau

pour reprendre la mer

Christine Seguin, 60 ans, Sauveterre-de-Comminges