Îles

Je salue les pêcheurs de soleil,

Les semeurs de voiles embrumées,

Glissant sur l’eau,

Effleurant les espaces sans esprit de conquête,

Près des rochers en garde, éreintés de tempêtes,

Les beaux jours sont là, après les heures sombres,

L’île dessine son âme en voie de guérison,

Île précieuse depuis la nuit des temps,

Île de vie rendue aux coraux, à la pureté des vagues,

L’écume enroule de sa blancheur ses contours uniques

Île intérieure, au fond de nos cœurs,

Goûtant les ondes d’une renaissance

Des bras amis hissent bien haut

La suave lenteur des jours nouveaux.

Régine Beauvais, 68 ans, Tinchebray