Métaphore végétale

A l’aube, seules restent les épines,

Les charmes et les enchantements sont partis.

Elles sont cyprès, elles te frêne,

Alors réfléchis, à qui et houx tu veux hêtre.

Ne te lasses-tu donc pas du métro-bouleau-dodo ?

Brise les chênes et les étaux

Ne les laisse pas te noyer dans la masse,

Relève toi du saule, atteins le ciel,

Et tu verras, le vrai peuplier.

Sara Martres Da Fonseca, 13 ans, Aurillac