Rame Dame

Elle emporte la foule comme la houle les flots.

Je décompte les stations

Qui défilent en cadence

Embarquée dans Sa danse

De Dauphine à Nation.

Ballottée par le flow

Je ne sombre jamais

Parfois il y fait chaud

Mieux vaut rester à quai.

Si Elle est en retard

Mon calme peut tanguer

Dans Paris Elle a l’art

De me faire naviguer.

Elle emporte la foule, c’est ma rame de métro.

Marion Delage, 32 ans, Paris