En passant rue Chanzy, c’était à peine le soir,

Je la vis alanguie, coiffée d’un chapeau noir,

Sa peau brune et dorée par des cieux plus cléments,

Gonflait de jalousie tout l’établissement.

Nous revînmes tous deux, puis, les doigts pleins d’envie,

J’ôtai son bel habit.

C’est à cet instant-là,

Le souffle encore coupé,

Qu’enfin je pus croquer,

Ma tarte au chocolat.

Bastien Resse, 29 ans, Paris