De chez moi je voyage,

Bien au-delà des nuages.

Je m’évade vers les Antilles

Avec les effluves de jonquilles.

L’herbe est luisante le matin

Comme le feuillage amazonien.

J’ai mon petit Japon privé

Avec vue sur les cerisiers.

Les champs s’étendent à l’horizon

En imitant le désert au Gabon.

Je me crois en Patagonie

Avec beaucoup plus de pluie.

Et je m’envole jusqu’en Espagne

Rien qu’en restant à la campagne.

Salomé Brunet, 14 ans, Chatain